Située dans le hameau du même nom, cette mare occupait il y a moins de 10 ans une surface d’environ 3000 m².

Elle servait pour la pêche mais aussi de réserve incendie.

Après plusieurs années de sècheresse et une incertitude sur ses apports d’eau, une végétation considérable de saules et de roseaux massettes a maintenant envahi la quasi totalité de l’espace.

La mairie et les habitants réunis en collectif se sont rencontrés le 3 juillet à l’occasion d’une réunion publique.

Durant cet été, l’association de naturaliste ANVL  et 2 entreprises ont été consultées pour expertise.

Un avis complémentaire à celui fait en 2012 par le C.A.U.E. 45 a été demandé le 13 septembre 2019.

A l’issue de ces consultations il devra être déterminé si la remise en état partielle ou totale sera viable et le phasage des actions à entreprendre.

Les volontaires du collectif ont débuté  fin septembre la première phase des actions, la coupe des végétaux.

Fin octobre, une réunion se tiendra avec le Pôle d’Équilibre Territorial et Rural (PETR) du Montargois-en-Gâtinais et le Conservatoire d’Espaces Naturels Centre Val de Loire pour étudier la remise en état du site et son financement.